L’Aromathérapie

 

Qu’est-ce que l’aromathérapie ?

 Le terme Aromathérapie vient de l’association de 2 mots grecs : Aroma qui signifie « odeur » et Therapia qui signife « soins ». C’est René-Maurice Gattefossé, ingénieur chimiste Lyonnais, qui a imaginé ce nom au début du XXème siècle. Mais s’il a inventé le terme, il n’a cependant pas créé la discipline, qui existe depuis l’utilisation des plantes aromatiques par l’homme !

Nature, effets, modes d’utilisation : Consultez ici mon module INITIATION.

 

L’Aromathérapie est une thérapeutique qui utilise les essences, les huiles essentielles
et les hydrolats aromatiques.

Pour la plupart des gens une huile essentielle est avant tout un parfum. Les odeurs ne nous laissent jamais indifférents, véritables touche-mémoire elles nous emmènent vers de riches voyages intérieurs. L’odorat est le sens le plus directement lié à la mémoire et aux émotions.
Respirer une belle odeur fait déjà un bien fou.

Les huiles essentielles ne sont pourtant pas « que » des fragrances,
elles ont également une activité thérapeutique reconnue.

 

De la plante aromatique à l’huile essentielle

  

Les huiles proviennent des plantes aromatiques utilisées en cuisine, en parfumerie et en médecine pour les arômes qu’elles dégagent. On distingue souvent les herbes aromatiques (comme la menthe), les épices (comme la cannelle) et les fleurs à parfum (comme la rose).
Dans ces plantes, il existe des cellules sécrétrices qui produisent des liquides appelés essences aromatiques. Ces cellules se trouvent dans différentes parties de la plante, les feuilles, tiges, bulbes, racines, graines, fleurs, écorce, etc.
Ces substances sont stockées au sein des tissus des plantes aromatiques dans des poches, poils ou canaux minuscules. Ce sont eux qui éclatent lorsque l’on froisse une feuille, touche une fleur ou encore épluche la peau d’une orange. Elles libèrent alors un peu d’essence dans l’air et notre nez peut percevoir ces molécules odorantes.

C’est l’extraction par distillation, avec entraînement à la vapeur d’eau, qui donnera d’une part l’huile essentielle et d’autre part l’hydrolat ou eau florale.

Chaque huile essentielle présente différentes activités thérapeutiques ainsi qu’une potentielle toxicité en lien avec sa composition chimique. Si les propriétés de certaines plantes sont connues depuis des siècles, l’aromathérapie scientifique du XXIème siècle recourt à une méthodologie rigoureuse et se base sur des données scientifiques solides, confirmées par le laboratoire.

Les H.E. sont botaniquement définies, chémotypées et biochimiquement contrôlées par chromatographie, avant d’être utilisées en thérapeutique. Les effets secondaires possibles ainsi que les contre-indications médicamenteuses sont aujourd’hui largement répertoriés.

 

Aromatherapie

 

Comment utiliser les huiles essentielles

 

En diffusion : pour désodoriser, assainir ou encore pour créer une certaine ambiance olfactive, ou en inhalation/olfaction : pour un effet direct sur les voies respiratoires mais aussi la voie olfactive et les émotions.

En application locale : on les applique sur la peau, diluées dans de l’huile, une crème de base neutre, du shampoing, du bain moussant ou de l’alcool, etc... L’action peut être locale (activité anti-inflammatoire, antiprurigineuse…) ou systémique. Par leur nature, les huiles essentielles passent facilement la barrière cutanée pour rejoindre la circulation sanguine.

En ingestion : attention, toutes ne peuvent pas être utilisées par voie interne ! Parlez-en toujours à votre médecin d’abord, il sera peut-être d’accord pour remplacer une prescription usuelle par des huiles essentielles.

Au cabinet, je pratique l’aromathérapie holistique, qui combine la massothérapie et les messages olfactifs des huiles essentielles. Je donne également des conseils en aromathérapie familiale une fois le diagnostic posé par un médecin et toujours dans la complémentarité des traitements existants.
Mes Consultations

 

Quelques principes de base à connaitre

- Les H.E. sont un concentré naturel d’actifs ; elles sont extrêmement efficaces, mais certaines d’entre elles présentent des effets indésirables. Cependant, ces effets sont peu nombreux… et bien connus.
- Comme pour toute substance à activité thérapeutique puissante, la dose et la durée du traitement conditionnent l’efficacité mais aussi la toxicité. Il est donc très important de respecter la posologie prescrite ou conseillée par une personne compétente.
- Les H.E. réagissent au contact de l’air, de la lumière et de la chaleur. Elles doivent donc être stockées dans un endroit sombre, tempéré et dans des bouteilles fermées. Elles peuvent s’abîmer assez rapidement, mais bien conservées elles restent actives en moyenne pendant deux à cinq ans.
- Les H.E. ne se mélangent pas avec l’eau (ne les mettez jamais dans votre bain non diluées, vous pourriez vous brûler !). Elles se mélangent avec les corps gras (huile végétale, lait - non écrémé, jaune d’œuf), l’alcool, le savon et le miel.

 

Huiles essentielles et fleurs de Bach

 

Issues de fleurs pour la plupart non aromatiques et produites différemment, les fleurs de Bach sont complémentaires aux Huiles Essentielles.

Edward Bach était un médecin Gallois, homéopathe et bactériologiste du début du siècle dernier. Très sensible, il consacra sa vie à développer une gamme d’élixirs floraux, en utilisant les plantes et arbres sauvages qui l’environnaient.

Il était persuadé que chacun de nous a une dimension spirituelle et que pour être en bonne santé, il faut être en harmonie avec son âme. Alors qu’il est tout à fait normal de ressentir des émotions positives comme négatives, le danger apparaît lorsqu’un conflit émotionnel s’installe durablement. Celui-ci peut à la longue générer un malaise, voire une maladie. Le but du Dr Bach était de soigner l’individu, plutôt que de se concentrer sur la maladie. En traitant les déséquilibres émotionnels, il pensait que les conditions physiques ne pouvaient que s’améliorer.
Il ressentait également que l’essence des fleurs, leur énergie, contient une impulsion énergétique pour rééquilibrer l’individu, pour l’aider à réaligner les différents niveaux de son être.

Le Dr Bach a répertorié 38 fleurs correspondant chacune, selon lui, à un état d’esprit particulier. Il les a classées en 7 groupes qui correspondent aux conflits les plus fréquents existant en chacun de nous : la peur, l’incertitude, le manque d’intérêt pour le présent, la solitude, l’hypersensibilité aux influences extérieures, le découragement ou le désespoir, la préoccupation excessive du bien-être des autres. D’autres chercheurs ont ajouté des plantes pour compléter cette gamme, qui reste tout de même une base incontournable.
Les fleurs sont cueillies en pleine floraison, puis macérées ou bouillies dans de l’eau pure. Le liquide recueilli constitue l’élixir mère. Il est ensuite dilué dans de l’alcool. Chaque fleur a pour mission d’éveiller une qualité qui nous fait défaut ou qui est en veilleuse.